Le bilan touristique des vacances de fin d’année a été positif à Oued Souf. Les touristes, nationaux ou étrangers, étaient relativement nombreux à assister au Festival culturel de Guemar qui s’est déroulé dans d’excellentes conditions… En attendant que s’installe un véritable marché touristique.

La région des Mille et une coupoles a vécu les derniers jours de l’année 2016 en mode «touriste». En effet, à l’occasion du Festival de Guemar, qui s’est déroulé durant quatre jours, plusieurs activités ont été proposées aux nombreux touristes venus d’Algérie et d’ailleurs. Au cours de cet évènement, un programme aussi riche que varié a été offert. Les organisateurs ont proposé des randonnées dans les oasis d’Oued Souf et Oued Righ, ainsi que des visites des sites et monuments archéologiques et touristiques éparpillés à travers la région, entre autres, la zaouia Tidjania. Des soirées artistiques animées par des vedettes de la chanson algérienne étaient, également, au programme. Selon les organisateurs, à savoir Happy Box, « tous les moyens humains et matériels, dont les structures d’accueil et d’hébergement, ont été mobilisés pour assurer un séjour agréable aux visiteurs de la ville aux Mille et une coupoles ».

Flux sans précédent…
Et comme c’est la fin de l’année, des centaines de personnes, dont des étrangers rencontrés déambulant nonchalamment dans les dédales de la ville d’Oued Souf, sont arrivées dans cette belle région pour fêter comme il se doit la fin de l’année 2016. En effet, les touristes étaient nombreux dans la région, et bien qu’aucun chiffre officiel n’ait été donné par l’Office du tourisme sur la fréquentation touristique lors de cette période des vacances d’hiver, le directeur du tourisme de la wilaya s’est dit «très satisfait ». Pour lui, au-delà de cette mission de promotion touristique, ce festival est aussi un moyen de découvrir les «faubourgs» de la région et surtout d’encourager et promouvoir la destination Oued Souf. Côté hôtel… «complet » était le refrain repris par tous les réceptionnistes et affiché à l’entrée de toutes les infrastructures d’accueil. Pas le moindre lit de disponible, trois jours avant le 31 décembre, soir du réveillon, les capacités d’accueil se sont, comme chaque année, avérées bien insuffisantes pour absorber l’incroyable flux de touristes nationaux et quelques étrangers, venus cette année en force dans région. Parallèlement, la wilaya compte augmenter les capacités d’accueil des hôtels ainsi que la réalisation d’autres établissements de luxe. Là encore, la direction du tourisme de la wilaya d’Oued Souf est fière de sa « Gazelle d’or ». A cela s’ajoutent les projets de réalisation de quatre hôtels de deux à quatre étoiles. La wilaya dispose, actuellement, de cinq hôtels. Gitane Palace, un trois étoiles d’une capacité d’accueil de 106 lits, le Grand Souf, trois étoiles, d’une capacité d’accueil de 182 lits, Louss, affichant deux étoiles et d’une capacité d’accueil de 192 lits. Deux autres établissements sont destinés à l’hôtellerie à l’image de l’Hôtel central, d’une capacité de 54 lits, et Si Moussa, 76 lits. Au total, le parc hôtelier dispose d’une capacité de 601 lits.

A la découverte d’une ville mythique
Côté découverte, il faut dire que la région possède une particularité urbanistique unique. Les coupoles et les arcades englobent presque l’ensemble de ses constructions sahariennes, lui conférant splendeur et beauté et lui donnant le surnom de « ville aux Mille et une coupoles». Les palmeraies en forme de cratères, les «ghitane» d’Oued Souf sont d’un genre unique de par le monde, aussi ont-elles été classées comme organisation ingénieuse au patrimoine agricole universel par la FAO. C’est un pôle qui attire bon nombre de passagers et de touristes, tant ce site naturel saharien est captivant. L’antique ville de Guemar a su sauvegarder son cachet urbanistique et ses ruelles étroites. Selon l’organisateur de cet événement, Karim Seffal, la ville se prête à deux types de tourisme, dont le tourisme spirituel, avec la présence de trois zaouias : Tidjania de Guemar, Rahmania de Sidi Salem et Kadiria, au centre du marché d’Oued Souf. Des produits qui peuvent s’adresser aux familles algériennes. En effet, ses mosquées centenaires, ses zaouïas, les ruelles ombragées de ses villes et villages, ses immensités dunaires, ses palmeraies et ses sites naturels, à l’image des chotts, font d’elle une région attractive. Autre attrait, les « ghouts », ces cuvettes dans lesquelles sont implantés les palmiers. Une technique de culture propre à la région d’El Oued.

Un marché qui fait toujours le plein…
Comme chaque jour, le marché de la ville est plein à craquer. Les vendeurs viennent à O3H du matin pour installer leurs étals. La majorité vient des localités limitrophes. Depuis les événements qui ont secoué la Tunisie et la Libye, l’endroit ne cesse d’enregistrer une affluence record tous les jours. Autre argument, les prix pratiqués dans le marché sont raisonnables. Pas la peine de faire une comparaison avec le Nord. Y a pas photo. Jugez-en. La pomme de terre est à 35 dinars, les carottes s’affichent à 30 dinars et 15 dinars lors de la saison, la courgette est cédée à 50 dinars. Les légumes secs ne sont pas en reste. Les lentilles sont affichées à 140 dinars le kg, les haricots blancs sont cédés à 200 dinars alors que les pois-chiches sont vendus à 150 dinars. Cerise sur le gâteau, les produits sont de meilleure qualité. De quoi attirer les citoyens des localités limitrophes mais aussi et surtout ceux des localités voisines en Tunisie. La renommée du « souk » dépasse les frontières d’El Oued. En solo ou en groupes, les Tunisiens viennent quotidiennement faire leurs courses.

Satisfecit
Pour revenir au festival, les convives diront que « cette fête était réussie à tous les égards avec une ambiance unique, une programmation large et diversifiée qui a touché tous les publics ». La plupart des familles présentes sur les lieux étaient unanimes à exprimer leur entière satisfaction quant aux prestations et services proposés. « C’est une bonne initiative surtout pour les enfants », estime Mohamed, père de famille. Idem pour Soumia, une mère de deux enfants. Elle a indiqué que la région d’Oued Souf demeure magnifique et un lieu de détente par excellence où tout le monde trouve son compte. Pour elle, il n’y a rien à dire, l’endroit offre toutes les commodités et un programme riche. Abdallah, qui semble prendre du plaisir à se pavaner dans la ville, note que l’espace a pu, en quelque temps seulement, le conquérir lui et ses enfants.

Enregistrer

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here